Culture du châtaignier en Cévennes 

Les trois types de châtaigneraies en Cévennes et leurs usages

Le châtaignier a la caracréristique de pouvoir prendre des formes très différentes. L'hiver, privé de ses larges feuilles en forme de palmes, il surprend par une diversité difficilement identifiable: arbre fruitier avec un tronc court et puissant, souches en taillis aux multiples rejets ou  peuplement forestier de haute futaie avec des premières branches hautes.

  • Verger

C'est la forme traditionnelle de la châtaigneraie cévenole. Les forêts de châtaigniers que l'on peut voir, en plus ou moins bon état, en parcourant les Cévennes ont toutes étaient crées par l'homme, par des plantations puis des greffages.  il faut insister sur ce terme de verger car le châtaignier est un arbre qui demande des soins. Il peut résister à l'bandon, plus ou moins bien selon l'emplacement où il pousse, mais il ne produira pratiquement plus de châtaignes ou en tout cas beaucoup moins.

Les châtaigniers étaent taillés au moins tous les trois ans et même plus car on utilisait les feuille pour la litière des animaux. Les cévenols apportaient du fumier ou les bogues compostées (avant que l'habitude de l'écobuage, moins gourmand en main d'oeuvre mais appauvrissant la terre ne se soit généralisée). Les châtaigneraies faisaient partie des parcours des troupeaux qui  les nettoyaient et les fumaient .  Avant la récolte, on nettoyait le dessous des arbres car la moitié de la récolte peut être perdue sur un sol embroussaillé. Les feuilles et las bogues étaient ratissées puis entassées ou brûlées.

chataigniers-fleurs-bayssac-cevennes

  • Taillis:

Ce  type de châtaigneraie provient soit d'un verger à l'abandon dans lequel les vigoureux rejets non greffés prennent le dessus sur les vieux arbres, soit d'une châtaigneraie volontairement entretenue en taillis.

Le taillis pouvait être un espace réservé pour la production d'éclisse  nommé  'jorguière"( jeune rejets refendus pour faire de la vannerie), une "cerclière" pour la confection de tonneaux( le châtaignier a longtemps rivalisé avec le chêne pour la confection de tonneaux pour le vin)Dans la partie méridionale des Cévennes, la production de piquets pour la vigne a été une activité importante valorisant lle caractère quasi imputrescible du châtaignier.

Il est intéressant de noter que dans le compois de 1640, il est écrit  que Bayssac disposait de châtaigneraies et d'une jorguière.

Les souches régulièrement renouvelées montrent une grande vigueur. Ces taillis, aux plantations plus denses et moins fragiles sont les châtaigneraies qui résistent le mieux à l'abandon mais ils forment un sous-bois sombre moins riche en bio-diversité qu'une châtaigneraie à fruits.

  • Futaie

La futaie, dans laquelle se développent des arbres francs de pied, issus de semis naturels sont rares et récents en Cévennes. Il nécessite une sélection des arbres pour obtenir des troncs utilisables pour la menuiserie.

 

 

Importance de la culture du châtaignier à Bayssac en Cévennes

 

On peut remarquer, dans l'utilisation de l'espace autour du mas, combien le châtaignier était privilégié. Face au peu de terres planes, on aurait pu imaginer que le châtaignier serait repoussé jusqu'aux pentes, terres qui lui sont trop systématiquement associées. il n'en est rien: la châtaigneraie empiète largement sur les terres facilement cultivables. La culture de la châtaigne n'était donc pas seulement une obligation due à des terres peu propices aux céréales mais un véritable choix alimentaire.

 


Une des nombreuses cheminées cévenoles de Bayssac avec sa poutre en châtaignier


Culture châtaignes Cévennes Gard 

 La reproduction du châtaignier


Le châtaignier est un arbre monoïque, c'est à dire qu'il porte à la fois les fleurs femelles et les fleurs mâles. Les fleurs femelles sont discrètes tandis que les fleurs mâles donnent les chatons, ces inflorescences magnifiques et odorantes qui embaument les Cévennes au mois de mai. La pollinesation se fait sur une période de quelques jours, essentiellement par le vent mais aussi par les insectes. Elle nécessite la présence de plusieurs arbres, on dit que le châtaignier est auto-stérile, il a besoin d'autres arbres pour être pollenisé mais aussi de mélanges de variétés car certaines ont peu de pollen ou un pollen de mauvaise qualité. Par exemple, la variété hybride bouches de Bétizac a besoin d'être mélangée avec des Belle-Epine, variété bonne pollinisatrice. Il est donc indispensable de prévoir ces mélanges de variétés et de laisser quelques bouscas lors de la création ou la restauration d'une châtaigneraie.

chataignier-marigoule-automne-cevennes 


 

Des conditions climatiques défavorables (absence de vent et atmosphère humide...) peuvent entraîner une baisse de la production de châtaignes. La pollinisiation a lieu lorsque les larges feuilles des arbres sont déjà en place, gênant  la circulation du pollen

Il faut noter que les châtaignes ne poussent que sur la partie  ensoleillée de l'arbre, à l'extrémité des branches. il faut donc essayer de donner au châtaignier une forme ouverte en dôme , éliminer les branches qui se croisent et les arbres qui pourraient faire de l'ombre.


 chatons-chataigniers-cevennes

Exigence de cette culture en Cévennes

Le point le plus important pour comprendre la spécificité de la châtaigneraie est son caractère calcifuge: à partir de 4% de calcaire actif, les châtaigniers meurent.  Cette exigence au niveau du sol explique le caractère localisé et discontinue des châtaigneraies. Là où sa culture était possible, c'était une véritable richesse. Pour pouvoir étendre sa culture, de nombreuses tentatives de greffe sur des chênes ont été pratiquées, certaines ont paraît-il réussies donnant naissance à des arbres chétifs et improductifs.

Le châtaignier craint les grands froids en Lozère, il laisse la place aux hêtres et au sapins à partir de 800 à 900m, cette limite est plus haute dans les Alpes Maritimes et plus basse dans les Vosges. Il a besoin de chaleur en été et d'humidité. Le climat des vallées cévenoles lui convient très bien!

fleurs-chataigniers-cevennes



maziere-chataigniers-cevennes-bayssac Il faut nuancer le lieu commun qui consiste à dire que les cévenols ont choisi les châtaignier car il supporte les  mauvaises terres : il ne s'agit pas simplement d'un choix faute de mieux mais aussi d'une adaptation: le châtaignier aime les sols bien drainés, il apprécie donc les pentes. C'est un bon exemple d'adéquation d'un arbre et d'un terroir avant que notre conception si ""moderne" de ll'agriculture fasse de  cette région une des plus grandes friches d'Europe!


 Un peu de botanique...

Le châtaignier est un arbre de la même classe que les chênes car le châtaignes sont recouvertes d'une enveloppe comme les glands.

 

Il existe plusieurs espèces de châtaigniers présents dans diverses zones géographiques:

  • Le châtaignier européen, dont font partie les châtaigniers des Cévennes est  le Castanea Sativa.  Il est présent autour de la Méditerranée, du Portugal, en passant par l'Espagne, le Sud de la France, l'Italie et jusqu'à la Turquie. C'est son ère de prédilection car il craint les grands froids et a besoin de chaleur pour prospérer. Il est aussi présent, selon la nature du sol, dans le Centre, dans le Bassin parisien et en Bretagne. il existe des châtaigniers en Angleterre  et en Allemagne mais la production est alors inexistante.
  • Le châtaignier Castanea Crénata est présent au Japon. C'est principalement avec cette espèce qu'ont été crées les variétés hybrides.
  • Le châtaignier Castanea Mollissima est le châtaignier chinois.
  • Le châtaignier d'Amérique Castanea Dentataa été presque totalement détruit par l'Endothia qui s'est propagée en Europe à partir des années cinquante.


Iil existe près d'une cinquantaine d'autres espèces de châtaigniers mais dans ses zones plus limitées.


chataignier-cevennes-bayssac-cevennes   Les châtaigniers  hybrides:

Pour trouver une solution face à la maladie de l'encre des châtaigniers d'extrême-orient ont été importés à partir de la fin du XIXème mais surtout au dévut du XXème. Ces châtaigniers  se sont révélés peu sesibles à l'encre. Un hybride naturel a été repéré: le châtaignier Marigoule souvent appelé M15. Il est issu d'e l'hybridation du Sativa et du Crenata.

D'autres hybrides ont été crées par l'INRA et les recherches de variétés nouvelles continue.

Variétés hybrides: Précoce Migoule, Bouches de Bétizac, Marigoule, Bournette,Marsol...

Ces hybrides sont souvent d'excellents porte-greffes mais les qualités gustatives ne sont pas au rendez-vous ( sauf la bouche de Bétizac qui est meilleure). Ils ont été sélectionnés pour leur résistance aux maladies, leur étalement dans la saison et surtout leur aspect de gros marrons qui correspond aux attentes d'un marché peu connaisseur en matière de châtaignes...

Pour être intéressants, il faut que ces châtaigniers soient irrigués pour garantir le calibre qui est leur principale qualité.


 

Les maladies du châtaignier en Cévennes


.

  • Le chancre de l'écorce ou endothia:

  Ce champignon aérien est arrivé en Cévennes dans les années cinquante. il s'attaque à l'écorce du châtaignier. Il forme une boursouflure, les partis virulentes sont reconnaissables à leur aspect de petits points rouges vifs. L'arbre crée du liège pour isoler la partie malade sur laquelle l'écorce se détache en formant des lanières mortes. La maladie n'est pas forcément mortelle sur un arbre adulte qui jouit de bonnes conditions de culture. On observe actuellement en Cévennes une amélioration de la  défense des arbres avec un taux d'environ 40% de guérison spontanée. 

 guerison-chancre-chataignier-cevennes-bayssac

 chancre-chataignier-cevennes-bayssac

n

chancre-chataigniers-greffe-cevennes-bayssac

.


 Le problème de cette maladie reste une difficulté pour les greffesqui y sont sensibles. Le chancre fait rapidement le tour de l'écorce des petits rejets greffés et dans ce cas ils meurent. L'endothia oblige à une surveillance très régulière des greffes: toute tâche suspecte doit être traitée rapidement.

Malheureusement un bel exemple de chancre sur une greffe...


 

.


La maladie n'est pas forcément mortelle sur un arbre adulte qui jouit de bonnes conditions de culture. On observe actuellement en Cévennes une amélioration de la  défense des arbres avec un taux d'environ 40% de guérison spontanée. 


Il existe un traitement biologique efficace qui consiste à inoculer avec un emporte-pièce un chancre hypo-virulent correspondant, une souche de virus transforme le chancre virulent et le rend moins agressif  permettant à l'arbre de guérir.

Un exemple de greffe guérie malgré un chancre très important, on voit le bourrelet fabriqué par le châtaignier pour isoler le chancre.

 

 guerison-chancre-chataignier-cevennes-bayssac



La restauration d'une châtaigneraie fruitière en Cévennes


.

Cette restauration est essentiellement un choix entre trois possibilités:

  • La châtaigneraie est encore en relatif bon état: coupe des rejets et des bouscas, émondage des branches mortes, nettoyage du sol suffisent.
  • Les vieux châtaigniers sont en mauvais état mais gardent une certaine vigueur: un  élagage sévère doit être envisagé.
    • Cette technique est propre aux châtaigniers.Elle consiste à couper en plus des branches mortes ou mal placées, toutes les branches en laissant une trentaine de centimètres pour susciter un départ de nouvelles pousses.
    • Cette technique, sorte de "quitte ou double" pour sauver des sujets dépérissant donne de bons résultats mais il faut qu'elle soit pratiquée par des élagueurs spécialisés.
  • Les vieux châtaigniers sont morts ou irrécupérables: il faut tout couper et regreffer.

 

maziere-chataigniers-cevennes-bayssac

 La greffe du châtaignier


Pour obtenir des châtaignes avec des caractéristiques  précises les châtaigniers doivent être greffés. Cette technique très ancienne permet de sélectionner une variété et de la reproduire à l'identique.

 Elle permet de rajeunir une châtaigneraie tout en profitant de la vigueur des racines des vieux arbres coupés à la base car les rejets doivent être choisis le plus près possible du sol. ils seront ainsi plus solides.

 

.

  • Greffe en fente ou en couronne: Un greffon, branche de l'année est prélevé en hiver sur le châtaignier que l'on souhaite reproduire, il est ensuite tenu au frais et à l'abri de la lumière jusqu'au printemps pour être  uni par diverses techniques à un rejet de la base de la souche.

 

 La greffe en fente s'applique  à des  rejets de diamètres inférieurs (2,5cm)  à ceux qui peuvent être geffés en couronne (jusqu'à 12cm de diamètre).  Celle-ci est peut être un peu plus fragile par rapport au vent.

 Des greffons peuvent être achetés chaque printemps (voir la liste des adresses).

 

  • Greffe en flûte ou en trompette : un fragment d'écorce est prélevé au printemps puis aussitôt mis à la place d'un autre sur le rejet à greffer. Le nom de cette technique vient de la forme de ce fragment que l'on décolle en tournant et que l'on glisse sur le  rejet à greffer.

 Cette technique était la plus usitée par les anciens cévenols. Elle demande d'avoir beaucoup de rejets disponibles. On peut conserver un arbre greffé, un têtard, maintenu bas pour y prélever chaque année des greffons.

 

greffe-chataignier-2 ans-cevennes-bayssac-gard 

La réussite représente pour un bon greffeur un pourcentage d'environ 70% de reprise mais les conditions atmosphériques peuvent jouer et la greffe n'est que la première étape d'une série de soins... Il faut protéger le greffon contre un insecte qui ma,ge les jeunes bourgeons en entourant le greffon d'un bandeau recouvert de glu. Il est nécessaire d'enlever les branches qui poussent  sous la greffe et de surveiller les attaques d'endothia, le chancre de l'écorce.


 

 


Le travail de restauration par greffage

 

.

Un travail d'ensemble sur une parcelle et sur plusieurs années est indispensable, sinon la greffe risuqe de mener à un échec. En voici les étapes:

 

  • Choix et diagnostic de la parcelle: qualité du sol, de l'exposition, variétés existantes, état sanitaire des châtaigniers...
  • Élimination des autres espèces d'arbres
  • Choix des variétés à garder ou à greffer (en diverses zones sur notre parcelle, en bas des Figarettes, à droite des Pellegrines, au centre des Bouches Rouges, à gauche des Dauphine et des Bouches de Bétizac.
  • Coupe à blanc ou en gardant si cela est possible des rejets de souche.
  • Choix des rejets: on élimine les malades et privilégie ceux qui poussent à l'extérieur de la souche et près du sol et non sur le vieux bois qui donnera une attache fragile. il ne faut pas oublier de laisser des rejets pour la cas où les greffes ne prendraient pas ou mourraient.
  • Greffe des rejets pendant la seconde quinzaine d'avril (fente et couronne). Compter 5 greffes par souches.
  • Pose des bandeaux de glu
  • En cas de coupe à blanc, peinture blanche pour protéger des coup de soleil su côté du couchant
  • Vérification mensuelle des attaques de chancre et traitement biologique
  • Élimination des départs de branches sous la greffe
  • Entretien régulier du sol pour éviter que des buissons et arbres concurrencent les châtaigniers greffés
  • Taille de formation
  • Choix des greffes à garder

 

 U

elegage-severe-chataignier-cevennes-bayssac

Une autre façon de retaurer une châtaigneraie: l'élagage sévère